Flux RSS Facebook Twitter
 
home > Suisse > Je m'entraine > Actus science > Un bon test est un test specifique (2)
UN BON TEST EST UN TEST SPECIFIQUE (2)

Un coureur se teste en courant. Un cycliste se teste en pédalant. Mais que fait un triathlète ? Peut-il tranquillement réaliser un test sur vélo et appliquer les zones d'entraînement ainsi déterminées, lors de ses sorties en course à pied ? Une équipe du Minnesota répond par la négative. Les chercheurs américains ont en effet repéré que le niveau maximum de consommation d'oxygène et de fréquence cardiaque était identique que les athlètes se testent sur vélo ou sur tapis de course. En revanche, les zones d'entraînement varient allègrement entre un sport et l'autre dans la mesure où le seuil anaérobie se déplace selon l'ergomètre utilisé. Le triathlète n'a donc d'autre choix que celui d'aligner un test sur vélo et un test sur tapis pour déterminer les zones d'entraînement valides. Selon le bon principe qui veut que n'advienne jamais deux sans trois, on ajoutera un test en natation. Et le tour est joué (oups).

Référence : Transferability of running and cycling training zones in triathletes: implications for steady-state exercise. Carey DG and all. J Strength Cond Res. 2009 Jan;23(1):251-8.