Flux RSS Facebook Twitter
 
home > France > Je m'entraine > Actus science > Le fractionné défie le poids des années
LE FRACTIONNÉ DÉFIE LE POIDS DES ANNÉES

Avec l'âge, les coureurs délaissent habituellement les efforts courts et intenses pour privilégier la durée. On ne sait pas bien pourquoi il en est ainsi. On imagine que les tissus (tendons, muscles) résistent moins à l'impact induit par la course rapide. On peut également penser que le cœur n'aime plus être mené au maximum. Et peut-être que la tête préfère endurer longtemps plutôt que subir une douleur aigüe trop marquée. Bref l'âge privilégie une douce continuité et évite les grandes emportées. Mais que se passe-t-il lorsqu'on demande à des groupes de sportifs répartis par âge (de 20-29 ans jusqu'à plus de 70 ans), d'aligner 3 séances de fractionné 3 fois par semaine pendant 8 semaines ? Les plus jeunes progressent-il davantage ? Et bien non ! Les sportifs voient leur consommation maximale d'oxygène progresser dans les mêmes proportions (9-13%) quel que soit leur âge. Seul le niveau de départ différencie leur progression. Les meilleurs progressent moins. Logique. Au niveau de la fréquence cardiaque maximale (FCM), on repère une différence entre "anciens et nouveaux". Après les 8 semaines de fractionné, les sportifs les plus âgés voient leur FCM augmenter alors qu'elle tend à diminuer chez les plus jeunes. Un peu comme si le compte tour des anciens se réveillait après avoir été trop longtemps bridé en l'absence d'intensité. Un peu comme si le compte tour des jeunes se calmait sous l'effet de l'intensité ajoutée à l'intensité.

Référence : The Impact of Age on the VO2max Response to High-Intensity Interval Training. Støren Ø and all. Med Sci Sports Exerc. 2016 Aug 6