Flux RSS Facebook Twitter
 
home > France > Je m'entraine > Actus science > La graisse remplace le sucre
LA GRAISSE REMPLACE LE SUCRE

La pasta party n'a plus le vent en poupe. Pire encore, le carburant d'hier serait devenu le poison du jour compte tenu des dérives de l'industrie agroalimentaire dans sa course au rendement céréalier (quantité d'engrais, pesticides…). Ce changement de point de vue a certainement favorisé la bascule de nombreux athlètes d'élite d'un régime saturé en hydrates de carbones (pâtes, riz…) vers un régime à faible teneur en glucides. Quand on inspecte l'assiette des athlètes habitués à manger gras, on remarque que la part de graisse dans la couverture énergétique atteint 70% contre 20% pour les protéines et 10% pour les sucres. Tout l'inverse de l'assiette habituelle du sportif habitué aux pâtes, laquelle contient 60% de sucres, 15% de protéines et 25% de graisse. Et bien figurez-vous qu'à l'effort, les sportifs adeptes du "régime gras" dégradent jusqu'à 2.3 fois plus de graisses à un pourcentage plus élevé du maximum aérobie (70% contre 55%) que leurs collègues adeptes du "régime sucres". Au cours d'un simple footing, l'utilisation des graisses est 60% plus élevée chez les fanas du gras. On pourrait ainsi se dire qu'ils sont plus à même d'économiser leur sucre. Certainement mais il ne faut pas oublier que leurs réserves initiales sont plus basses. De telle manière qu'après 3h de course, les taux de sucre (glycogène) sont identiques que le coureur soit adepte des pâtes ou du gras. Ce résultat peut nous inciter à aller côté sucres ou côté graisses non pas selon notre objectif sportif mais selon ce qui nous paraît mieux convenir à notre physiologie et au final à notre santé.

Référence : Metabolic characteristics of keto-adapted ultra-endurance runners. Volek JS and all. Metabolism. 2016 Mar; 65(3): 100-10.