Flux RSS Facebook Twitter
 
home > France > Je m'entraine > Actus science > ça crampe sur les voies du sel (2)
ÇA CRAMPE SUR LES VOIES DU SEL (2)

Que l'on s'intéresse aux marathoniens, aux cyclistes ou aux triathlètes, on ne trouve pas de relations entre les taux d'hydratation, d'électrolytes mesurés dans le sang (sodium, potassium…) et la survenue de crampes. Alors comment expliquer cette crispation musculaire intense qui semble venir de nulle part ? Une équipe sud-africaine répond en deux temps. Sur l'Ironman, ceux qui crampent davantage courent et pédalent plus vite que les autres. Entendons-nous bien. Ce n'est pas parce qu'ils crampent qu'ils vont plus vite mais bien l'inverse ! Ni le volume d'entraînement, ni les performances préalables ne semblent en cause. L'athlète a des crampes le jour J parce qu'il est bon. Etonnant non ! L'autre paramètre lié à la survenue de crampes est le fait d'en avoir déjà souffert. Un peu comme si l'histoire se répétait. Pourquoi ? On ne sait pas. On aura tout de même du mal à convaincre celui ou celle qui reste planté sur le bord de la route, perclus de crampes, que c'est idéal pour sa performance, mais on pourra le rassurer en lui disant qu'en moyenne c'est peut-être parce qu'il a été bon juste avant...

Référence : Increased running speed and previous cramps rather than dehydration or serum sodium changes predict exercise-associated muscle cramping: a prospective cohort study in 210 Ironman triathletes. Schwellnus MP and all. Br J Sports Med. 2011 Jun;45(8):650-6.